Bien vivre sa randonnée sous la pluie

Lors d’une randonnée de plusieurs jours en tente ou en refuge, que ce soit en montagne ou non, on n’a parfois pas le choix de faire certaines étapes sous la pluie.
Bien que n’étant pas spécialement agréable, randonner sous la pluie peut cependant devenir moins désagréable si l’on suit quelques règles élémentaires. Dans cet article nous verrons donc comment adapter son parcours pour randonner sous la pluie, comment choisir et préparer ses affaires, et comment organiser son camp pour faire face à la pluie.

La pluie, un élément à maitriser

Si l’on ne maitrise pas encore (et c’est tant mieux) la météo, il est en revanche possible d’adapter son comportement et son parcours face à la pluie.

Grace à la carte topo, commencez par repérer sur votre itinéraire tout ce qui est susceptible de vous servir d’abri : refuge, ferme, cabanes rustiques et même grotte et abris sous roche…

Utilisez-les pour vos arrêts. En effet, lors des pauses casse-croute on a vite tendance à se refroidir. En outre votre abri vous protégera aussi du vent, et vous évitera ainsi d’avoir trop froid !

Choisir l’équipement adapté

Sous la pluie, seuls des vêtements dotés d’une membrane imper-respirante (type Gore-Tex) vous protègeront efficacement.

Oubliez les capes de pluie qui s’envolent (et parfois se déchirent) au moindre coup de vent, vous exposant ainsi aux intempéries. Laissez tomber aussi les vieux K-way et matières assimilées qui finissent par laisser passer la pluie lors d’une exposition prolongée.

A contrario, une toile seulement imperméable ne conviendra pas non plus, car la chaleur et la transpiration causés par l’effort ne s’évacueront pas correctement et vous vous retrouverez vite autant trempé à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Personnellement, je vous recommande vivement l’achat d’une veste et d’un sur-pantalon imper-respirants de qualité (en matière Gore-Tex ou équivalent). C’est certes un investissement, mais je pense qu’il est nécessaire pour des randonnées de plusieurs jours.

Enfin n’oubliez pas qu’en cas de pluie fine il vaut mieux souvent rester peu couvert car la chaleur du corps évaporera ainsi la pluie au fur et à mesure, plutôt que de transpirer dans des couches de protection.

Préparer ses affaires pour la pluie

Une préparation efficace de vos affaires de trek peut également permettre de rendre votre aventure plus agréable.[protected] En cas de pluie, ayez toujours sur vous (dans votre sac à dos) un change complet, au sec.

Ce change sera rangé dans votre sac à dos, et conservé au sec dans un sac étanche (type sac de canoë). Dans ce sac étanche vous placerez également tous les objets que vous devez impérativement conserver au sec pendant votre randonnée.

A défaut de sac étanche, vous pouvez utiliser un sac plastique de grande capacité que vous glisserez directement dans votre sac à dos. La protection est un peu moins optimale puisque le sac plastique ne ferme pas complètement, et qu’il est plus fragile (et peut donc casser), mais cela peut néanmoins faire l’affaire.

Organiser son camp pour faire face à la pluie

Encore une fois, le confort de votre camp dépendra en grande partie de votre type de matériel et de votre habitude à faire face à de telles situations.

Si vous avez repéré sur la carte un abri, utilisez-le pour stocker votre matériel au sec pendant que vous installez votre camp. Organisez-vous pour monter la tente le plus rapidement possible, en vous y mettant à plusieurs si nécessaire.

Une fois le camp installé, prévoyez une zone de stockage pour les vêtements mouillés pour éviter de faire entrer l’eau dans la zone de couchage.

Avec un peu d’habitude, vous arriverez ainsi àpréserver votre confort sur des camps de plusieurs jours, malgré la pluie.

En conclusion

Faire face à la pluie en trek n’est pas si terrible, du moment que l’on est bien organisé et équipé pour cela. Avec un peu d’habitude et de bon sens la pluie deviendra vite un obstacle mineur dans la réalisation de vos projets.[/protected]